18 novembre 2012

Lire un bilan financier : Compte de résultat (1/4)

Définir votre profil d'investisseur et votre stratégie d'investissement est une des étapes pour choisir vos actions qui composeront votre portefeuille. Toutefois, l'analyse financière est selon moi la plus importante car elle permet de mieux discerner les entreprises à la fois pérennes et résilientes en fonction des cycles économiques.
Le sujet du billet se décomposera en 4 parties en m'appuyant sur une étude de cas. Primo, j'aborderai l'analyse du compte de résultat. Deuxio, ce sera autour du bilan actif passif. Tertio, le flux de trésorerie. Enfin, je finirai par une synthèse sur les ratios boursiers.

Analyse du compte de résultat

Le compte de résultat est un document financier qui recense la performance de l'entreprise sur une période donnée au niveau de la rentabilité financière. Cependant, évaluer un compte de résultat sur une seule année nous donne très peu d'indications sur la pérennité de l'entreprise. Personnellement, je vous suggère de le faire entre cinq et dix ans en privilégiant la norme américaine car elle est simple à lire.
Faisons une étude de cas sur McDonald's Corporation (NYSE : MCD) :

Report - MSN Money

Le compte de résultat est scindé en 3 parties. La première nous renseigne sur le volume d'activité par le chiffre d'affaires ("Revenue") tandis que la seconde vise la rentabilité opérationnelle via le résultat d'exploitation ("Operating Income") incluant les charges nécessaires pour faire tourner l'entreprise. La troisième nous permet dire si l'entreprise fait des bénéfices ou des pertes grâce au résultat net ("Net income"). Maintenant, exploitons et analysons McDonald's sur les 5 dernières exercices :

1. Volume d'activité
Se fier qu'à l'augmentation du chiffre d'affaires sur plusieurs années est une grave erreur car nous ne connaissons pas le niveau des charges opérationnelles. Le mieux est de calculer la marge brute (gross profit / revenue)  qui est représentative de la rentabilité du volume d'activité de l'entreprise en regardant son évolution sur plusieurs années. Sur 5 ans, cela nous donne une marge brute moyenne de 37.94 %.

2. Rentabilité opérationnelle
Pour la calculer, il faut prendre en compte tous les charges (salaires, frais commerciaux, R&D etc...). En retranchant du résultat brut ("gross profit"), on obtient le résultat d'exploitation. Puis en faisant le rapport par le chiffre d'affaires, cela nous donne la marge opérationnelle. 
Cependant, les entreprises cotées lors de leur publication de résultats, mettent en avant leur EBITDA ("Earnings Before Income Tax, Depreciation and Amortization") pour leur rentabilité opérationnelle. Dans le livre "Warren Buffett et L'interprétation des états financiers", l'oracle d'Omaha pensent que les dépréciations sont des charges à imputer sur les bénéfices. En effet, le fait de ne pas les mettre est un moyen de faire croire à court terme à l'actionnaire que l'entreprise est riche. Dans la cas où l'entreprise est endettée, cela peut se mal se finir. Pour McDonald's, il n'y a aucune dépréciation d'actifs.

3. Rentabilité nette
C'est le point critique car elle permet de savoir si l'entreprise fait des bénéfices ou pas. Tout comme la marge brute, il faut regarder l'évolution de la marge nette (résultat net / chiffre d'affaires) sur plusieurs années. Sur 5 ans, cela nous une marge nette moyenne de 17.96 %.

4. Bénéfice par action (BPA)
Sur le fichier, il faudra regarder l'évolution sur plusieurs années du bénéfice par action normalisé ("Basic EPS") et du bénéfice dilué par action ("Diluted EPS"). Si elle est positive, cela veut dire que l'entreprise crée probablement de la valeur pour l'actionnaire en rachetant ses propres actions, qui a pour conséquence d'augmenter le cours de Bourse. Pour avoir confirmation, il faut se pencher sur le flux de trésorerie dont je parlerai plus tard.


2007
2008
2009
2010
2011
Marge brute
34.69 %
36.73 %
38.65 %
40.03 %
39.57 %
Marge nette
10.51 %
18.34 %
20.01 %
20.55 %
20.38 %
BPA
1.98 $
3.76 $
4.11 $
4.58 $
5.27 $

Sur le tableau ci-dessus, nous confirmons sur une moyenne de 5 ans que McDonald's a réussi à augmenter ses marges brutes et nettes, et son BPA malgré la crise financière suite à l'éclatement de la bulle des subprimes. Ce qui prouve que son business model est résilient que ce soit le cycle économique. De plus, l'atout des différents managements est d'avoir su faire une entreprise intergénérationnelle. Ce qui n'est pas encore le cas de Yum Brands, de Starbucks, de Subway et même de Quick en Europe.

Ce qu'il faut retenir

Pour savoir si l'entreprise a des chances d'être pérenne et qui va vous enrichir, il faut qu'elle réponde à trois critères tirés du compte de résultat :
- Une marge brute en croissance sur plusieurs années (5 à 10 ans)
- Une marge nette en croissance sur plusieurs années
- Un BPA en croissance sur plusieurs années

2 commentaires:

  1. Bonsoir,
    j'aime bien ce que vous faites
    c'est très intéressant
    excellente soirée

    RépondreSupprimer