1 décembre 2012

Lire un bilan financier : analyse d'un bilan comptable (2/4)

Le bilan est un document comptable scindé en deux parties :
- Les actifs (ce que possède l'entreprise) qui recensent les immeubles, les sites de production, les biens d'équipement, les liquidités, les stocks, les créances, les brevets...
- Les passifs (ce que l'entreprise doit) dont il y a les capitaux propres, les dettes financières à court et à long terme et les provisions.

Il existe plusieurs façons d'évaluer le bilan soit en calculant :

- Le fond de roulement (FR) qui représente l'excédent de capitaux stables destiné à financer une partie des actifs à vocation non durable dans l'entreprise, appelée "actif circulant".
FR = Ressources stables - Emplois Durables = Capitaux permanents - Actif immobilisé
dont :
Capitaux permanents = capitaux propres + amortissements + provisions + dettes financières à long terme,
Actif immobilisé = immobilisations corporelles + immobilisations incorporelles + immobilisations financières.
Pour le bilan en norme américaine, cela nous donne :
FR = (Total Equity + Long Term Debt + Deferred Income Tax + Minority Interest + Other Liabilities) - (Property/Plant/Equipment + Goodwill + Intangibles + Long Term Investments)
Interprétation :
Si FR > 0, les ressources stables couvrent les besoins à long terme de l'entreprise. Cet excédent de ressources stables va lui permettre de financer ses autres besoins à court terme.
Si FR = 0, l'équilibre financier de l'entreprise est atteint mais elle ne dispose pas de moyens pour financer ses besoins. Situation précaire.
Si FR < 0, les ressources stables ne couvrent pas ses besoins à long terme. L'équilibre financier n'est pas respecté. L'entreprise sera tentée de financer ses besoins de long terme à l'aide de ressources à court terme, avec un risque d'insolvabilité.

- Le besoin en fonds de roulement (BFR) qui représente l'argent utilisé pour financer le cycle d'exploitation.
BFR = Actif circulant (stocks + créances) - Passif circulant (dettes d'exploitation)
Pour le bilan en norme américaine, cela nous donne :
BFR = Current Assets - Current Liabilities
Interprétation :
Si BFR > 0, l'entreprise doit financer ses besoins à court terme soit par l'excédent de ressources à long terme (FR), soit par un emprunt bancaire ou obligataire.
Si BFR = 0, l'entreprise n'a pas de besoin d'exploitation à financer puisque son passif circulant suffit à financer l'actif circulant.
Si BFR < 0, l'entreprise n'a donc pas besoin d'utiliser son excédent de ressources à long terme pour financer d'éventuels besoins à court terme.

- Le gearing. C'est un ratio qui mesure le taux d'endettement de l'entreprise par rapport à ses fonds propres. Il est très regardé par les investisseurs institutionnels. De plus, cela peut déterminer ses conditions de financement.
Gearing = Dettes nettes / Capitaux propres
Pour le bilan en norme américaine, cela nous donne :
Gearing = (Short Term Debt + Capital Leases + Long Term Debt - Cash & Short Term Investments) / Total Equity
Interprétation :
Un gearing bas signifie que l'entreprise a la marge de manœuvre d'investir en recourant à l'endettement pour chercher d'autres relais de croissance mais on peut également supposer qu'elle est réticente dans son avenir ou sur son business model.
Un gearing très élevé obligera l'entreprise à désendetter en cédant des actifs non stratégiques et peu rentables.

- Le ratio de solvabilité. Elle se mesure en faisant le rapport entre les capitaux propres et le total des actifs et permet de déterminer le niveau de risque de faillite de l'entreprise. Par exemple, les capitaux propres et les actifs valent  respectivement 20 et 100. Le résultat est de 20 % donc si l'entreprise perd 20 % de son actif net alors elle n'a plus de capitaux propres et fait faillite.

- Le retour sur capitaux propres (ROE). Il mesure la capacité d'une entreprise à faire des bénéfices en fonction des capitaux investis par ses actionnaires dont c'est le critère financier préféré des investisseurs institutionnels. Pour ma part, je vous conseille un ROE égale ou supérieure à 15 % sur 5 ou 7 ans. Cependant, je vous met en garde sur un ROE très élevé car l'entreprise peut recourir à l'effet de levier de l'endettement pour l'améliorer. Du coup, il faudra le combiner avec les ratios d'endettement (gearing, solvabilité...)

Illustration de l'effet de levier sur le rendement des actions et de l'actif économique (Source Melchior, Patrice Vial, cours en ligne Sciences-po)

Retour sur capitaux propres = Résultat net / Capitaux propres
Pour le bilan en norme américaine, cela nous donne :
Return on Equity (ROE) = Net income / Total Equity

- Le retour sur actif (ROA). Il mesure la capacité d'une entreprise à faire des bénéfices avec ses propres moyens matériels et financiers. Au contraire du ROE, il exclut l'effet de levier de l'endettement. L'idéal est que le ROA et le ROE soient à peu près similaires pour mieux évaluer le niveau d'endettement de l'entreprise.
Retour sur actif = Résultat net / Total des actifs
Pour le bilan en norme américaine, cela nous donne :
Return on assets = Net income / Total Assets

- Les bénéfices non distribués (Retained earnings). C'est la part des revenus que l'entreprise met de coté ou accumule. Si son évolution est possible sur 5 ou 10 ans, nous pouvons déduire que l'entreprise aura la capacité de faire des acquisitions ou de récompenser exceptionnellement ses actionnaires.

Faisons une étude de cas sur McDonald's :

McDonald's Balance Sheet

- FR = 2566 M$ => Équilibre financier excédentaire et capacité à couvrir ses besoins à court terme.
- BFR = 893.8 M$ => McDonald's utilise soit une partie de son FR ou soit en recourant à l'emprunt bancaire ou obligataire, pour financer ses besoins à court terme.
- Gearing = 70.64 % en 2011 / 60.87 % sur 5 ans => McDonald's a peu de dettes à court terme pouvant être compensées par le "Cash & Short Term Investments". Par contre, la dette à long terme pèse énormément sur son niveau de gearing.
- Ratio de solvabilité = 43.62 % en 2011 => Il faudrait que l'actif net se déprécie de 43.62 % pour que McDonald's fasse faillite.
- ROE sur 5 ans = 30.48 %
- ROA sur 5 ans = 14.1 %
- Evolution du bénéfices non distribués => nous constatons que l'entreprise accumule une partie de ses revenus d'année en année. Ce qui est bon signe pour l'actionnaire et la pérennité de l'entreprise.

Ce qu'il faut retenir

A partir des éléments financiers donnés par le bilan comptable, nous pouvons en tirer beaucoup chose sur l'entreprise en question : l'endettement, l'équilibre financier, la rentabilité des capitaux ou encore la solvabilité.
Enfin, pour savoir si l'entreprise a un avantage compétitif durable, il faut qu'elle réponde à plusieurs critères tirés du bilan comptable :
- Un ROE élevé combiné à des taux d'endettement acceptables
- Un ROA élevé
- Une croissance des bénéfices non distribués
- Un goodwill (dont je n'ai pas traité sur ce billet) qui ne prend pas beaucoup place sur le total des actifs.

2 commentaires:

  1. Réponses
    1. Bonjour Clarisse Chevalier,

      Merci pour tout !

      Puis désolé de ne pas répondre dans les plus brefs délais.

      Supprimer